Herbies

Faire pousser du cannabis : le B.A.-BA

faire pousser du cannabis

Le cannabis rassemble une solide communauté de cultivateurs, et pousse aux quatre coins du monde. Faire pousser du cannabis n’est pas compliqué si l’on suit des principes élémentaires. Ce sera plus motivant que de faire pousser des tomates !

Si vous n’avez encore jamais cultivé de cannabis, cet article est pour vous. Vous y découvrirez les différents types de culture, de graines de cannabis, les paramètres environnementaux, et les différentes étapes de développement de la graine à la récolte. 

Faire pousser du cannabis

Si cela fait des années que vous consommez du cannabis, vous êtes peut-être arrivé à un point où vous voulez produire votre propre weed. Les vendeurs de cannabis se retrouvent parfois avec leurs stocks rapidement écoulés, et vous ne pouvez pas forcément toujours consommer la variété que vous préférez. En cultivant votre propre cannabis, vous n’aurez plus jamais ce problème. Vous pourrez avoir du cannabis plus frais et de meilleure qualité. Cultiver son propre cannabis à également quelque chose de gratifiant. 

Vous n’avez pas besoin d’avoir une grande expérience en jardinage pour faire pousser du cannabis. De nombreux amateurs réussissent très bien leur première récolte. Il suffit de se renseigner un minimum et de suivre les règles fondamentales de la culture du cannabis pour commencer. Avec le temps, vous pourrez tenter de faire pousser vos plantes avec des techniques plus affinées, et des variétés plus complexes à cultiver. 

Top 10 des variétés à faible teneur en THCOUVRIR

Comment faire pousser du cannabis

Pour commencer à faire pousser du cannabis, il faut tout d’abord se poser la question : quel cannabis ? Préférez-vous un cannabis puissant, avec des notes aromatiques prononcées ? Qui pousse très vite ? Simple à cultiver ? Tout cela va déterminer en partie les conditions de votre culture. Le fonctionnement de base est le même pour toutes les cultures, mais chaque variété implique de petites variations dans les conditions optimales de culture. 

Choisir une graine : 

Si vous êtes débutant complet, vous ne connaissez peut-être pas bien les différences entre les variétés de cannabis. Vous apprendrez avec le temps à affûter vos goûts personnels et à choisir les variétés qui vous correspondent le mieux. Pour choisir une graine vous pouvez vous poser des questions d’ordre plus pratique : 

  • Est-ce que vous pensez plutôt faire pousser en intérieur ou en extérieur ? 
  • Quel est votre budget pour le matériel à acheter ?
  • Quelles sont les contraintes environnementales de votre futur espace de culture ? 

Par exemple, si vous optez pour une culture intérieure en box, il faudra que vous choisissiez une variété produisant des plantes de petites tailles et qui fleurissent vite, afin qu’elles rentrent dans votre placard et que vous puissiez avoir un rendement suffisant. 

Il existe trois grandes familles de cannabis : Indica, Sativa, Ruderalis. Chaque famille a ses propres caractéristiques et procure des effets légèrement différents : 

  • Indica : Effet beaucoup plus physique et relaxant, variétés plus riches en CBD.
  • Sativa : Effet au contraire plus stimulant et mental, en général des variétés plus riches en THC qu’en CBD.
  • Ruderalis : Taux de THC et de CBD très faibles. Variétés principalement appréciées pour leur robustesse et leur résistance. Elles n’ont quasiment pas d’effets à elles seules, les effets dépendront de la variété avec laquelle la ruderalis est croisée.

Il existe en effet majoritairement des variétés hybrides, empruntant des caractéristiques de chaque parent. 

On vous conseille de plutôt choisir des graines de variétés à dominante Indica à autofloraison à cultiver en intérieur pour commencer : leur culture est plus simple et plus rapide. Elles sont plus petites, et en apprenant à maîtriser ce type de culture vous pourrez en essayer d’autres par la suite. 

8 variétés les plus euphoriques pour un bonheurOUVRIR

Les paramètres environnementaux à connaître absolument pour faire pousser de la weed :  

Chaque variété et type de culture appelle à des critères environnementaux différents. y a toutefois un ensemble de règles fondamentales qui s’applique à tous les types de cultures de cannabis :

La lumière : 

La lumière est un des éléments clés dans la culture du cannabis et de toute plante. Certaines plantes apprécient particulièrement l’exposition à la lumière, tandis que d’autres préfèrent une exposition indirecte. Le cannabis préfère les fortes expositions au soleil : il prospère particulièrement dans des zones géographiques où le soleil est le plus fort, autour de l’équateur. Vous pouvez néanmoins faire pousser votre cannabis où que vous soyez dans le monde, en intérieur. Il suffit d’essayer de reproduire des conditions de luminosité similaires. 

Pour reproduire cette forte luminosité vous devez vous équiper d’un système d’éclairage approprié. On vous conseille de commencer par un système simple et peu coûteux pour votre culture, et investir peu à peu dans quelque chose de plus abouti pour étendre votre culture. Vos plantes de cannabis ont besoin de 12 heures minimum d’éclairage par jour.

L’eau : 

Le cannabis est une plante gourmande en lumière, mais aussi en eau. Cet apport en eau est essentiel afin que la plante puisse bien se développer, et avoir un processus de photosynthèse optimal où les feuilles respirent bien et se chargent bien de la chlorophylle. La beuh demande un arrosage fréquent. Cependant toutes les eaux ne se valent pas ; le cannabis préférera une eau avec un pH de 6-7. Pour un taux de pH réellement optimal, il faudra prendre en compte le type de substrat utilisé. Certains cultivateurs préconisent même d’utiliser une eau distillée, mais pour commencer ce n’est pas forcément nécessaire. 

L’air : 

La qualité de l’air dans l’espace de culture du cannabis est primordiale pour en garantir son bon développement. C’est surtout la ventilation qui est importante. L’ajout d’éclairage artificiel est susceptible d’ajouter une grande quantité de chaleur dans la pièce de votre culture. Nous avions mentionné que le cannabis apprécie une forte exposition à la lumière, mais pas forcément à la chaleur. Afin de faire descendre cette température, vous devez donc vous assurer d’avoir un système de ventilation adéquat. 

Vous pouvez utiliser de simples ventilateurs, à condition de ne pas les mettre exactement en face de vos plantes pour ne pas les stresser. Lorsque l’air est trop statique, cela favorise l’apparition de moisissures, de maladies, voire de parasites. En association avec un filtre à charbon, cette ventilation vous permettra également d’éviter les odeurs trop fortes de cannabis si vous voulez restez discret. La ventilation doit être homogène sur l’ensemble de vos plants. La circulation de l’air doit être uniforme dans votre espace de culture afin d'avoir la même qualité de cannabis sur l’ensemble de vos plantes. 

top 10 highest yieldingOUVRIR

Le pH : 

Le taux de pH pour votre plante se mesure au niveau de l’eau et du substrat utilisé. Avoir un bon taux de pH n’est pas juste un luxe : cela vous permet d’éviter des problèmes de santé importants de votre plante de cannabis. Le pH a un impact sur l’absorption des nutriments par vos plantes. Ainsi, si vos plantes absorbent trop de nutriments, elles risquent de souffrir de brûlure nutritive. De même si elles n’en absorbent pas assez, c’est qu’il y a un "blocage de nutriments" qui entraîne un risque de carences. 

C’est pourquoi il peut être important de mesurer le pH de votre terre. Ajouter un engrais ammoniacal est susceptible d’augmenter l’acidité de vos plantes ; il faut donc bien surveiller le pH afin de ne pas intoxiquer votre cannabis.

Pour mesurer le pH vous pouvez utiliser un pH-mètre numérique, ou encore un kit de test de pH à gouttes. Comme dit précédemment, avoir un bon niveau de pH permet une absorption optimale des nutriments pour vos plantes. Le niveau de pH varie selon le type de substrat utilisé : 

  • Si vous plantez directement en terre, votre pH devra être entre 6 et 6,5. 
  • Pour la culture en fibre de coco ou en hydroponique : 5,5-6

Le substrat : 

Le cannabis pousse en général dans trois types de milieux : en terre, en fibre de coco ou en hydroponique. Ces trois milieux appellent à des pH légèrement différents. La terre est le type de substrat le plus simple, qui ne nécessitera pas l’ajout de nutriments spécifiques. Les autres substrats demandent une plus grande maîtrise de la culture, avec des mesures exactes des nutriments donnés. On vous conseille de commencer avec de la terre simple pour votre première culture. 

Les nutriments : 

Un bon apport de nutriments permettra de donner un réel coup de boost à votre cannabis. Ce n’est pas le cas pour toutes les plantes, mais le cannabis aime les sols riches en compost et en minéraux. Pour améliorer facilement la qualité du sol, vous pouvez donc rajouter des terreaux spéciaux. Faites attention à intégrer ce type de terreau de manière progressive afin de ne pas brusquer la plante. Ne suivez pas les instructions et quantités indiquées sur les paquets de terreau : elles sont trop élevées pour le cannabis. Utilisez toujours la moitié des portions indiquées sur les paquets. 

Température : 

Le cannabis peut survivre à des températures très divergentes, surtout la variété ruderalis. Entre survivre et prospérer il y a une grande différence. Si vous voulez de belles plantes bien fournies, aux têtes denses, vous devez leur offrir les meilleures conditions environnementales. Le stress lié à la température peut considérablement ralentir leur croissance.

Si vous voulez avoir un rendement rapide, vous serez bien embêté. Dans des conditions extrêmes, le cannabis peut également brûler ou au contraire geler, ce qui est la mort assurée pour vos plantes. En règle générale, votre température devrait toujours être comprise entre 20 et 28°C, et jamais en dessous de 15°C la nuit. 

La température n’étant pas contrôlable à l’extérieur, vous comprenez à présent mieux pourquoi on vous recommande de commencer par une culture indoor. 

Humidité : 

Le taux d’humidité est un autre paramètre que vous devez scrupuleusement vérifier. Vous pouvez le faire grâce à un hygromètre. Vous pourrez réguler ce taux d’humidité grâce à des humidificateurs ou au contraire des déshumidificateurs. Si vous êtes en extérieur, vous ne pourrez pas contrôler ce taux, mais l’avantage est que vous n’avez pas non plus à le mesurer constamment. Certaines conditions climatiques sont naturellement optimales à la production de cannabis de type robuste, s’adaptant facilement aux variations. 

the quickest sativasOUVRIR

Quel est le matériel à avoir pour faire pour faire pousser du cannabis ? 

Le matériel dépendra du type de culture que vous souhaitez faire : 

Faire pousser du cannabis en intérieur : 

La culture intérieure est le type de culture qui demande le plus d’investissement en matériel. C’est aussi le type de culture le plus sécurisé, sachant que vous serez plus à l’abri des regards et donc du vol. Rien de pire que de prendre soin de plantes pendant 4 mois pour qu’au final elles disparaissent le jour où vous comptiez les récolter. 

Comme nous l'avons vu, vous devez vous équiper afin de fournir les conditions optimales à vos plantes : ventilation/aération, substrat, nutriments… Appareils de mesure de la température, l’humidité, le pH… Et avoir un système d’éclairage particulier. Une simple ampoule au plafond sera loin d’être suffisante. Voici les types d’éclairages les plus utilisées aujourd’hui pour la culture en intérieur :

  • Les lampes HID :

Ce type de lampe est moins cher à l’achat et reste efficace. Il dégage néanmoins une chaleur assez importante ; il est donc important d’avoir un système d’aération performant avec ce type d’installation. 

  • Ballasts : 

Les ballasts sont régulateurs de courant électrique, vous permettant de contrôler les Watts de façon précise. Sachant que vos installations électriques devront être allumées au minimum 12 heures par jour, vous devez vous préparer à des factures d'électricité importantes. 

Pour des petites cultures, le mieux est d’avoir des ballasts réglables entre 400 et 600W. Avoir un ballast vous permettra de réduire cette facture d’électricité. En alliant des réflecteurs de lumières avec des lampes, vous pouvez aussi optimiser l’efficacité de vos lampes, en utilisant le moins d’énergie possible. 

  • Les ampoules MH et HP :

Les ampoules MH (Metal Halide) sont plutôt de faible intensité. Elles seront idéales pour la période végétative, tandis que les ampoules HPS (Sodium Haute Pression) seront parfaites pour la période de floraison. A titre d’exemple ; une ampoule de 1000W HPS et une ampoule de 600W MH pourront toutes deux éclairer de la même manière une surface de 1,5x1,5 m². 

  • Les LED :

Les LED sont également un très bon choix d’ampoules pour vos cultures. Sur le long terme, on pourrait même considérer que c’est le meilleur. Le problème est son coût élevé à l’achat, qui peut être le double voire le triple des ampoules énoncés précédemment. En revanche, les LED ont de nombreux avantages sur les autres types d’éclairages : elles émettent moins de chaleur ; vous aurez donc besoin de moins de ventilation. De plus, elles sont plus durables et utilisent beaucoup moins d’énergie : entre 50% et 75%. 

Pour vous faciliter la tâche quant aux programmes d’éclairages, vous devrez installer une prise minuteur à votre système d’éclairage afin de contrôler la durée d’exposition de vos plants. Chaque technique de culture demande des temps d’exposition différents, selon s’il s’agit de graines à autofloraison ou au contraire à photopériode. 

Pour la micro culture en placard ou en tente, vous n’aurez pas besoin d’un voltage si puissant ; 250W suffiront. Si vous décidez de commencer avec ce type de culture, on vous conseille de choisir directement des ampoules LED, sachant que vous avez une faible surface à couvrir.

Si vous cultivez en intérieur, pensez également à installer un dispositif pour réduire l’odeur de votre future culture dès le début. Vous serez surpris de l’intensité de l’odeur produite par vos plantes de cannabis. Elle est délicieuse, mais elle peut aussi vous attirer des ennuis. Vous pouvez utiliser un filtre à charbon ou même un extracteur d’air. 

Faire pousser du cannabis en extérieur : 

faire pousser du cannabis en interieur

En faisant pousser du cannabis à l’extérieur, vous vous affranchissez du besoin de système d’éclairage et autre. Cela peut être très attirant pour certains, mais vous ne pourrez pas non plus contrôler l’environnement de vos plantes afin de le rendre le plus propice possible. 

C’est en extérieur que les plantes de cannabis peuvent atteindre les plus grandes tailles. En intérieur, elles dépassent rarement plus d’un mètre et quelques. En extérieur, le système racinaire n’est pas limité par un pot. 

La plante peut donc atteindre des tailles impressionnantes allant parfois jusqu’à trois ou quatre mètres ! Ces plantes peuvent donc vous fournir des rendements bien plus élevés que pour les cultures en intérieur. La culture extérieure demande un plus grand soin au niveau de la taille des branches. Lorsque la taille est bien réalisée, elle booste la croissance du cannabis.

Le bémol de la culture extérieur est la dépendance aux conditions environnementales. Vous devrez suivre les cycles naturels de la plante en fonction de la lumière reçue en cultivant de cette manière. Si vous cultivez des variétés à photopériode, vous ne pourrez pas effectuer plusieurs récoltes durant l’année comme avec les variétés à autofloraison. 

Où faut-il faire pousser du cannabis ?

En pratique, vous pouvez faire pousser du cannabis où bon vous semble. Les seules restrictions s’appliquent pour les cultures en extérieur : 

  • Pour une culture en région chaude : on vous conseille de planter en avril-mai. 
  • Pour une culture en région froide : on privilégiera les mois de mai et juin pour planter votre cannabis. 

Quand faut-il faire pousser du cannabis : avantages de la culture en intérieur

La réponse à cette question dépend en réalité du type de graine et de culture que vous choisissez. Certaines graines, les variétés à autofloraison, vous permettent des cultures indépendamment des saisons. Elles s’adressent plus à un type de culture en intérieur. Avec la culture intérieure vous aurez plus de flexibilité de manière générale.

En effet pour les graines à autofloraison, vous n’avez pas de restriction au niveau de l’exposition à la lumière pour le passage en floraison. Ces variétés étant modifiées génétiquement afin de pousser indépendamment des conditions d’exposition qui lui sont donnés, vous pouvez la cultiver à tout moment de l’année. Cependant vous devrez vous assurer d’apporter les conditions environnementales (température, humidité, etc.) à un niveau constant, ce qui peut être plus difficile et coûteux en énergie. Si vous vivez dans une région chaude à hiver particulièrement doux, vous pouvez toutefois essayer la culture outdoor. 

Faire pousser du cannabis en hiver : limites de la culture en extérieur

faire pousser du cannabis en exterieur

En intérieur, ça ne pose aucun problème. Mais pour une culture en extérieur, faire pousser votre cannabis en hiver s’avère compliqué, selon votre climat. Vous devrez être rigoureux sur le moment où vous choisissez de planter vos graines :

  • Si vous choisissez de planter vos graines trop tard, vos plantes poussent bien sûr, mais par contre, dès l’approche de l’hiver, vos plantes risquent de mourir faute d’être suffisamment robustes.
  • Si vous choisissez de planter vos graines trop tôt, vous prenez le risque de trop prolonger le temps de croissance végétative (si vous cultivez une plante à photopériode). 

Le moment où vous plantez vos graines en extérieur pour lancer la germination est donc particulièrement crucial et vous devez prendre en compte le climat, tant pour les conditions environnementales au moment où vous plantez, que pour les conditions des semaines à venir.

De la germination à la récolte : 

Maintenant que vous avez des notions élémentaires pour faire pousser du cannabis, vous devez comprendre les différentes phases de croissance de la plante. 

Une fois que vous vous êtes assuré d’avoir réuni tous les facteurs environnementaux que nous avons mentionnés (éclairage, aération etc), vous pouvez commencer à planter vos graines.

La germination : 

comment faire germer une graine de cannabis

Tout commence par la germination de vos graines. Que vous ayez choisi de cultiver vos graines en intérieur ou extérieur, on vous conseille de commencer une germination en intérieur. Ce processus prendra 8 jours environ. Comme expliqué dans cet article, il y différentes méthodes pour faire germer vos graines :

Terre : 

Semez vos graines dans le même substrat où vous voulez qu’elles poussent par la suite. Cela permet de réduire le stress lié à la transplantation. Vous pourrez passer du petit pot à un plus gros pot par la suite. 

Blocs de laine de roche, cubes ou pastilles Jiffy : 

Ce type de germination permet de semer beaucoup de graines dans un espace restreint. 

Eau :

Il suffit de faire tremper les graines dans l’eau, jusqu'à ce que des racines apparaissent. L’avantage de cette technique est de fournir un démarrage accéléré avec une eau enrichie en enzymes spéciales. 

Serviettes en papier : 

Cette technique est assez connue ; elle vous permet de voir l'émergence des racines et de vérifier le bon déroulement de la germination. Il vous suffit de disposer les graines sur une serviette en papier humidifiée dans une assiette. 

Stations à germination : 

Ce type de stations vous permet de contrôler très précisément tous les paramètres environnementaux, et d’accélérer un peu le processus. Ce système est adapté si vous avez acquis des graines onéreuses et que vous voulez garantir leur germination. 

Cette phase de germination est officiellement complète lorsque vous voyez la première paire de feuilles entièrement sortie. Vous pouvez à présent planter cette graine germée dans un petit pot.

La phase végétative : 

etape pour faire pousser du cannabis

La phase végétative ou de croissance, correspond à la période où la plante développe ses feuilles dans un processus de photosynthèse. Cette phase est légèrement différente selon si vous avez opté pour une culture intérieure ou extérieure : 

Culture intérieure : 

En intérieur, vous devrez exposer vos plantes typiquement sur un ratio de 18 heures de lumière et 6 heures d’obscurité. L’avantage est que vous pouvez fixer ces heures comme bon vous semble, notamment durant les heures creuses afin de faire des économies sur votre facture d’électricité. Pour les autofloraisons, cette phase dure environ 3-6 semaines. 

La floraison : 

cannabis en floraison

Une fois que vos plantes sont bien développées, de petites fleurs commenceront à apparaître. 

Cette phase est relativement longue ; elle dure environ 8-12 semaines. 

  • Autofloraison : Si vous faites pousser des variétés à autofloraison, elles fleuriront selon le moment où vous avez commencé à les faire pousser, en fonction de leur âge. 
  • Photopériode : Vos plantes commenceront à fleurir lorsqu’elles seront rentrées dans une phase de lumière/obscurité de 12-12. Pour les cultures en extérieur, cette phase correspond en général à la fin de l’été, voire début de l’automne. 

La récolte : 

récolte cannabis

La récolte est un moment crucial et excitant pour tout cultivateur de cannabis. Si vous souhaitez obtenir une weed avec un taux élevé en THC, la récolte doit se faire au bon moment. Si elle est réalisée trop tard, le THC évoluera en d’autres substances non psychoactives et votre weed sera moins chargée en THC, mais plus riche d’autres cannabinoïdes. 

Pour un THC à son maximum, le mieux est de récolter les têtes lorsque les trichomes commencent à devenir de couleur ambrée.

Pour la récolte, vous pourrez soit couper entièrement la plante, soit ne couper que quelques branches. Les préférences sont personnelles à ce stade. 

Taille, séchage et curing :

séchage du cannabis

Une fois vos branches ou votre plante récoltées vous allez devoir les travailler un peu. Vous ne pourrez pas encore fumer les têtes ; il faudra les tailler (manucurer) puis que vous passiez par une phase de séchage et de curing (affinage). Il y a plusieurs méthodes de taille : 

  • Taille humide : plus facile à réaliser, mais résultat moins uniforme. Le séchage sera plus rapide. 
  • Taille à sec : plus difficile à réaliser mais résultat plus esthétique. Le temps de séchage sera plus long avec cette technique, sachant que vous laissez davantage de parties humides.  

Le curing ou affinage est à considérer comme la mise en bouteille du vin. Cette phase permet au cannabis de révéler l’amplitude de ses arômes. Il doit se faire dans des conteneurs hermétiques, afin de prévenir un dessèchement complet de votre beuh. Cela altérerait son goût et sa qualité. Si vous voulez savoir en détail les clés de réussite du séchage, de la manucure et du curing, on vous invite à consulter notre article dédié à cette phase finale.

Les conseils pour bien faire pousser du cannabis : 

Si vous vous lancez dans votre première culture de cannabis, on vous conseille de vous concentrer sur ces points clés : 

  • Planifier une culture à petite échelle
  • Choisir des variétés faciles à faire pousser et qui ne demandent pas trop d’entretien. Le mieux serait de commencer avec des variétés Indica féminisées. Sachant qu’elles sont déjà féminisées, vous n’aurez pas à distinguer et séparer les mâles de vos cultures. Ne soyez pas tenté par des noms de graines alléchants, dont vous ne serez pas en mesure de bien contrôler le potentiel.  
  • Fournir un bon environnement de base

Retrouvez de nombreux conseils dans les articles de notre blog pour vous lancer dans la culture de cannabis et faire pousser la weed de vos rêves.

Herbies Head Shop refuse expressément de soutenir l’utilisation, la production ou la fourniture de drogues illégales et d’autres substances régulées.Pour plus de détails, consultez nos Mentions Légales.

Oups, il n'y a pas encore de commentaires. Soyez le premier à en laisser un !
Ajouter un nouveau commentaire